Ce lundi, les compétiteurs de l’Afriquia Merzouga Rally sont entrés dans le dur avec une étape longue de 206 km et de nombreux secteurs de dunes à négocier. Une journée éprouvante qui n’a pas entaché la bonne humeur au bivouac situé à proximité de l’hôtel Tombouctou. « Nous sommes là pour apprendre et nous faire plaisir », sourit un pilote. Un état d’esprit également similaire chez l’équipe des « Amigos », habituée de l’Afiquia Merzouga Rally, qui profite de l’occasion pour réaliser une belle mission humanitaire.

L’HISTOIRE DU JOUR. La solidarité des « Amigos »

Chez les « Amigos », la convivialité est de mise. Eric Abel et Christian Manez – qui arborent sur leur Side by Side le logo de cette association familiale née à Perpignan – ont le sourire à l’heure d’aborder l’Afriquia Merzouga Rally. « Cela fait huit ans qu’on y participe, explique Eric, et le plaisir est toujours intact ». Pourtant, lors des deux dernières éditions, le duo a connu quelques mésaventures. « L’an dernier, nous avons cassé notre moteur et l’édition précédente, on a arraché tout l’avant du SxS » raconte Christian Manez.

Mais les deux hommes n’ont jamais eu à l’idée de renoncer à l’Afriquia Merzouga Rally. « C’est un événement à part, avec beaucoup de partage et de convivialité », poursuit Eric Abel qui reconnaît également que « le niveau de la catégorie, qui réunit 32 véhicules a augmenté ces dernières années ». Pour le duo des « Amigos », l’essentiel est ailleurs : « s’amuser et donner un sens à notre venue », abonde Christian Manez.

Une nuit qui restera gravée dans leurs mémoires

Ainsi, chaque année, ils mettent en place un programme humanitaire. « Avec Alain Biard et Agnès Biard, qui participent également au rallye en Side by Side dans notre équipe, nous avons réuni 300 kg de matériel scolaire et médical. » L’ensemble de ces fournitures a été offert gracieusement dans le dispensaire de la petite ville de Talsinnt, à plus de 200 km au nord de Merzouga, avant le début du rallye. « Il y a une poignée d’années, au cours d’un raid, nous avions été surpris par la boue et la pluie, se souvient Eric Abel. C’est là que nous avons rencontré Larbi qui nous a tous hébergé chez lui, à Talsinnt ».

Cette nuit-là reste gravée dans leurs mémoires. Désormais, les Perpignanais « rendent la pareille » à leur hôte d’un soir. « Certes, il s’agit d’un geste modeste mais c’est important pour nous de profiter de notre venue ici pour aider ». Désormais, Eric et Christian aspirent à « prendre plaisir » pendant tout le rallye et à garder le sourire, même à l’issue d’étapes parfois éprouvantes. « Nous offrons le meilleur apéritif de l’Afriquia Merzouga Rally ! », rigole Christian, bien décidé à vivre pleinement cette nouvelle aventure.

LE CHIFFRE DU JOUR : 10

Parmi les 124 participants à l’Afriquia Merzouga Rally, elles sont 10 femmes à tenter l’aventure. Parmi elles, l’une des références de la discipline, l’Espagnole Laia Sanz. La pilote KTM a terminé dans les 20 premiers lors des cinq derniers Dakar. Au Merzouga, dans la catégorie moto, elle est l’unique représentante féminine avec Sara Garcia (Yamaha), championne d’Espagne des rallyes l’an dernier. C’est chez les Side by Side que l’on retrouve le plus de femmes. Elles sont deux à les piloter : l’Italienne Camelia Liparoti et son fameux SxS rose ainsi que la Française Sophie Kreisberger. Par ailleurs, six femmes composent le contingent de copilotes dans la catégorie.

LA QUESTION. Comment réussir à franchir les dunes efficacement ?

Franz Verhoeven, 10 Dakar au compteur et coach personnalisé auprès des compétiteurs amateurs tout au long de l’Afriquia Merzouga Rally : « Lorsqu’on aborde une dune, il est important de prendre de la vitesse. Le bas de la dune est l’endroit où l’effet de l’impulsion est le plus fort. Il ne faut pas accélérer fortement au milieu de l’ascension car si on attaque trop tard, on risque de s’ensabler. Il convient également de ne pas couper les gaz trop tôt lorsqu’on arrive au sommet. Le mieux est d’attendre que la première roue soit « passée » et là on coupe le gaz. La moto freine et donc il y a peu de risque de sauter. Attention à ne surtout pas utiliser le frein avant dans les dunes car vous risquez de passer au-dessus de votre moto. L’idéal est de chercher au maximum à surfer sans à-coup ».

FOCUS SUR Le Merzouga, terrain idéal pour le rallye

Le sud du Maroc est une terre extrêmement propice à la pratique du rallye. « Ce qui est fascinant, c’est la consistance du sable qui est très mou et qui oblige à être très précis dans son pilotage », explique un quadiste. « L’endroit n’a rien à envier aux terrains des rallyes les plus éprouvants au monde », ajoute un motard, soulignant la diversité des terrains, entre les dunes, les zones caillouteuses et les pistes rapides.